La Ploye et la Socca; une double dose de sexiness


Si j’étais pas née acadienne, j’aurais voulu l’être italienne. La langue, l’architecture, la musique, les arts, les hommes… Tout de cette culture est sexy. Surtout sa bouffe. Mais bon, je suis acadienne, pis j’pense que ça a son petit quelque chose de sexy itou!

Crédit photo: Niaiseries Acadiennes
Comme le chantait si bien Piaf, Dieu réunit ceux qui s'aiment. Dans ce cas, l'arrivée des festivités du Congrès mondial acadien coïncide avec le début de notre série d’articles sur un grand classique de la cuisine italienne, l’Artusi. Pour l’occasion, je vous propose deux plats qui sont sexy en bouche et qui ont beaucoup en commun. Le premier, la Ploye, est un met typique acadien du nord-ouest du Nouveau-Brunswick. Le second, la Socca, est originaire de la Ligurie, au nord-ouest de l’Italie.

La Ploye, le CMA et l’Acadie des terres et forêts


Le Congrès mondial acadien (CMA) fut créé en 1994 dans le but de rassembler tous les Acadiens du monde autour d’un événement culturel et identitaire. Il a lieu tous les cinq ans et se déroule cette année dans ma région natale, celle du Grand Madawaska. Ce territoire comprend le nord-ouest du Nouveau-Brunswick, la région du Témiscouata au Québec et le comté d’Aroostook dans l’État du Maine aux États-Unis. Les Acadiens s’y sont installés suite à la Déportation de 1755 et de la dispersion du peuple qui en a résulté. C’est ainsi que, comme un bébé laissé à l’eau dans un panier d’osier, sont arrivés par la rivière Saint-Jean les premiers habitants de ce que l’on viendra à nommer l’Acadie des terres et forêts. On appel aussi les habitants francophones de cette région des Brayons. Une identité si forte que plusieurs en ont oublié leurs racines acadiennes et, du coup, ont cessé de s'associer à ce peuple. Il sera intéressant de voir les retombées du CMA à cet égard.


Depuis des générations, les madawaskaiens nourrissent leurs familles à grand coup de ployes. Cette crêpe de sarrasin, économique et rapide à préparer, prenait à l’époque la place du pain. Maintenant, elle fait plutôt partie de l’héritage culinaire local. On la mange principalement avec du beurre, de la cassonade ou du creton. Si vous habitez la ville de Montréal, il est possible de déguster une ploye au saumon fumé en visitant le snack-bar sur roues Landry & Filles.

https://www.facebook.com/LandryetFilles/photos/pb.424763934270455.-2207520000.1407366095./559955440751303/?type=3&theater
Crédit photo: Landry & Filles
Les choses à retenir lorsqu’on prépare une ploye :
  1. Ne JAMAIS retourner la ploye sur la surface de cuisson.
  2. Bien fouetter le mélange entre chaque ploye afin de créer des bulles d’air qui formeront les « yeux » tant convoités et qui feront dire à vos convives : « Hôlé! C’est beau effrayabe ».
  3. Favoriser une plaque en fonte qui offre une surface optimale pour la distribution de la chaleur.
  4. La ploye se mange roulée, comme un cigare.

Ingrédients:


1 T
Farine blanche
2 T
Farine de sarrasin
2 T
Eau froide
2 1/4 T
Eau bouillante
1 c.à.thé
Sel
2 c.à.thé
Poudre à lever

Directives:

  • Combinez les farines
  • Ajoutez l'eau froide et le sel, puis mélangez
  • Ajoutez l'eau bouillante et mélangez
  • Ajoutez la poudre à lever et brassez vigoureusement jusqu’à ce que de petites bulles se forment. La pâte devrait être légèrement plus liquide que celle d’une crêpe à l’américaine et légèrement plus épaisse que celle d’une crêpe française
  • Verser à la louche, comme pour des crêpes, dans un poêlon préchauffé à feu moyen à moyen-élevé
  • La ploye est prête lorsque le centre et cuit et les rebords sont légèrement croustillants
  • Servir immédiatement
* Il est aussi possible de se procurer de la farine pré-mélangée à laquelle on ne fait qu'ajouter de l'eau.

Wow! T'check moé-z'y les beaux z'yeux y'elle!

La Socca italienne,  les Niçois et un chalet à Tremblant

Comme je vous l’ai mentionné, la Socca vient à l'origine de l’Italie et date du XVe siècle. Cette grande galette de pois chiche a gagné en popularité auprès des travailleurs et des pauvres grâce à son prix modeste. Malheureusement, la recette de la Socca ne fait pas partie du répertoire de Pellegrino Artusi. Heureusement pour vous, je vous ai déniché mieux. 

J'ai eu la chance de rencontrer cet été un couple de Niçois (et parents d'un ami) tout à fait formidable, alors qu'ils étaient en visite au Québec. Il faut comprendre qu'au fil des ans, la socca est sortie de son pays pour venir s’installer bien au chaud à Nice, où elle est vite devenue une spécialité locale. C'est donc ainsi, qu'un soir à Tremblant, j'ai eu la chance de découvrir la socca. Et c'est avec plaisir qu’ils ont bien voulu me partager leur recette et changer ma vie à jamais



Les choses à retenir lorsqu’on prépare une Socca :
  1. À moins d’avoir un four à bois, la socca est cuite dans un four à très haute température, sous l’élément du haut. Il ne faut pas retourner la socca sur sa plaque de cuisson.
  2. La socca se cuit dans une plancha. Une grande plaque ronde en cuivre étamé. Comme elle est plutôt rare au Canada, il est possible d'utiliser une plaque en fonte et obtenir un résultat satisfaisant.
  3. On déguste, avec les mains, la socca encore chaude qui a été déchiquetée en morceaux et recouverte de BEAUCOUP de poivre.
  4. Elle est parfaite pour partager à l’apéro entre de bons amis, avec un bon rosé.

Ingrédients :

(Pour une socca de 9 pouces, environ)

1/2  T             
Eau
1/3 T               
Farine de pois chiches
1 c.à.soupe    
Huile d’olive
Une pincée
Sel

Directives:

  • Préchauffez le four à 500F/250C
  • Mélangez tous les ingrédients afin d'obtenir une pâte dont la consistance ressemble à celle d’une crêpe française
  • Verser un mélange d’huile de canola et d’huile d’olive aux proportions de 3 pour 1 de façon à tapisser la plancha
  • Verser la pâte à socca sur l’huile et mélanger légèrement avec une cuillère
  • Mettre au four jusqu’à ce que la socca soit cuite au centre et que la surface soit dorée
  • Servir chaud avec du poivre

Bon bourrage de face! Buon appetito! Bon appétit!

4 comments :

  1. Mmmm... Ploye avec moutarde et cretons! Holé cric, c'est bon! Avec un bon stew au poulet!

    ReplyDelete
  2. Moutarde??? Getouttahere la chiac ;)
    All in pour le stew au poulet paremp'!

    ReplyDelete
  3. Chiac yes, mais faut pas oublier mes racines brayonnes... ma famille a même un moulin de farine à buckwheat! Mais, j'avoue que mes goûts de ployes sont étranges... je dois prendre ça de mes racines québécoises. #meltingpot

    ReplyDelete
  4. héhé. J'avoue que ça doit pas être si mal. Je le fais sur mes toast au creton, j'ai juste jamais pensé essayer sur mes ployes. J'aurai la chance en masse cette semaine! Je t'en redonne des nouvelles.

    ReplyDelete